Les Fidji s'adaptent

Des spécialistes du climat du monde entier se réunissent pour partager des leçons sur la résilience et l'adaptation au climat

NADI, Fidji – Perché à l'avant du bus touristique, Eroni Bole - ou "Ronnie" comme il aime être appelé - a chanté sa sagesse à un groupe attentif de 30 spécialistes de l'adaptation au changement climatique de 10 pays.

"Je vais vous dire quelque chose, famille," tonna Ronnie. "Les Fidji sont l'un des pays les plus riches en biodiversité du Pacifique Sud."

Les passagers hochèrent la tête en signe d'approbation. Pour ces praticiens de l'adaptation, l'attention portée à des sujets tels que la biodiversité était primordiale.

Le groupe de délégués, de plus de 20 pays différents, s'était réuni pour un forum d'une semaine sur les processus de plan national d'adaptation (PAN) à Nadi, Fidji, co-organisé par le gouvernement des Fidji et le Réseau mondial NAP. Ils représentaient une variété de secteurs et de ministères - des finances et de l'environnement à l'intégration du genre - et visaient à échanger des leçons sur les stratégies et les actions de leurs pays respectifs pour se préparer aux impacts du changement climatique.

Ronnie a dit au bus : "Famille, 10% de la flore et de la faune trouvées aux Fidji ne se trouvent nulle part ailleurs dans le monde."

Des sons d'appréhension et d'approbation ont été murmurés dans tout le bus.

Dans le cadre de l'atelier, les spécialistes de l'adaptation se sont aventurés à découvrir de première main la gestion intégrée des ressources en eau et l'agriculture résiliente au climat aux Fidji lors d'une excursion d'une journée organisée et dirigée par Vinesh Kumar, candidat au doctorat pour le Centre du Pacifique pour l'environnement et le développement durable. Ils ont exploré le Service météorologique des Fidji et les terres parsemées de Station de recherche de Legalega, et discuté de la manière dont les Fidji s'adaptent aux impacts des sécheresses et des inondations dans la région.

De la barre du bus, Ronnie - arborant un bleu vif bula chemise, un traditionnel Sulu jupe et une fleur rouge vif cachée derrière son oreille - ont fourni des informations supplémentaires sur la culture fidjienne entre les visites sur le terrain.

"Il est très important que vous soyez ici, famille", a insisté Ronnie. "Laissez-moi vous dire une règle non écrite que nous aimons dire ici."

Il se pencha : "Quelque chose n'est à toi que si tu le partages."

Contexte

Conduite à travers le village de Vatutu près de Nadi, Fidji.

Du 5 au 9 février 2018, le Gouvernement de la République des Fidji et le NAP Global Network a réuni des représentants du monde entier pour partager les leçons les uns avec les autres sur la résilience et l'adaptation au climat.

Dans le cadre du réseau mondial NAP Série de forums sur des sujets ciblés (TTF), la semaine a couvert des sujets liés aux processus nationaux de planification de l'adaptation, notamment les communications stratégiques, les approches sensibles au genre, ainsi que le suivi et l'évaluation. Le gouvernement du Canada a fourni un soutien financier au FTT dans le cadre de son engagement à faire en sorte que les pays en développement soient mieux préparés et capables de réagir aux effets des changements climatiques.

Le petit État insulaire de Fidji, à la fois co-hôte et participant du TTF, est très vulnérable aux impacts du changement climatique. Depuis 1993, le pays a enregistré une augmentation moyenne du niveau de la mer de 6 millimètres chaque année, ce qui est supérieur à la moyenne mondiale.

L'élévation du niveau de la mer aux Fidji constitue une menace non seulement pour les moyens de subsistance et la santé, mais aussi pour des communautés entières.

Le village de Vunidogoloa, par exemple, entièrement déménagé en 2014 en raison des inondations côtières et de l'intrusion d'eau salée attribuées à l'élévation du niveau de la mer.

La tenue du TTF aux Fidji était importante pour les participants, les hôtes et les animateurs. Les 6 et 8 février, des représentants de la TTF ont visité plusieurs sites autour de Nadi pour observer de première main les impacts du changement climatique, pour en savoir plus sur l'approche des Fidji pour devenir plus résilients au climat et pour échanger des connaissances sur les plans nationaux d'adaptation pour l'avenir.

Services météorologiques des Fidji

L'extérieur des services météorologiques de Fidji près de Nadi, Fidji.

Lorsque les participants sont sortis du bus pour le premier arrêt de la journée, Ronnie a souri et les a encouragés à incarner l'esprit bula.

"Profitez, famille!" cria-t-il en reculant dans le bus.

Le plus Service météorologique des Fidji (FMS), un bâtiment peint en bleu clair et entouré d'antennes paraboliques, étudie les activités météorologiques, hydrologiques et météorologiques dans la région du Pacifique Sud. Sa vision est de fournir « des communautés sûres et sécurisées grâce à la fourniture de services météorologiques, climatiques et hydrologiques dynamiques et de qualité ». Il fournit des prévisions météorologiques et d'autres services pour Fidji et les États insulaires du Pacifique voisins, notamment Niue, Tonga, Kiribati, Nauru, Tokelau, Tuvalu et les îles Cook. Sous le Organisation météorologique mondiale (OMM), le FMS est l'une des six associations régionales dans le monde et la seule située dans un pays en développement.

Les participants ont exploré le bâtiment, s'adressant à des météorologues, des hydrologues et même des archivistes. En tant que gardiens des données liées au climat, la division des services climatiques de FMS se lance actuellement dans un exercice de sauvetage de données à partir de documents récupérés dès les années 1800.

Le FMS fournit également des prévisions météorologiques et climatiques mensuelles aux principales parties prenantes aux Fidji, notamment le gouvernement, l'autorité de l'électricité et le secteur sucrier. Avec jusqu'à 250,000 XNUMX Fidjiens dépendants de culture et transformation du sucre, le secteur fait partie intégrante de l'économie fidjienne dans son ensemble. En outre, le secteur sucrier est particulièrement vulnérable aux sécheresses et aux inondations, qui se produisent avec une fréquence et une gravité croissantes aux Fidji et dans le monde.

Des délégués des Philippines, de Colombie, du Mexique, de Thaïlande et du Brésil — parmi Top 10 des pays producteurs de canne à sucre dans le monde—a pris connaissance des bulletins météo spécialisés aux acteurs sucriers. D'autres provenant de pays fortement dépendants du secteur agricole, comme le Malawi et le Kenya, ont posé d'autres questions, approfondissant le mandat du FMS et ses applications.

Répondant aux demandes de renseignements et recevant des commentaires, les météorologues et les hydrologues du FMS ont engagé une discussion animée pendant une heure et demie avec le groupe de climatologues du monde entier. Cependant, les pairs se séparèrent bientôt et les météorologues retournèrent à leur travail, surveillant une perturbation tropicale entrante. Quelques jours plus tard, Cyclone tropical Gita a touché terre sur Samoa et Niue.

Sécheresses et inondations

Le barrage de rétention de Vatutu près de Nadi, Fidji.

Les communautés du monde entier ressentent déjà certains des impacts les plus graves prévus du changement climatique. De l'élévation du niveau moyen de la mer à l'augmentation de la température mondiale en passant par une plus grande variabilité des taux de précipitations et des événements météorologiques extrêmes de plus en plus fréquents, les impacts du changement climatique posent des défis importants pour les pays du monde entier.

Les Fidji ont connu six sécheresses majeures, d'une durée de 17 à 20 mois, depuis 1978.

La sécheresse la plus récente a duré 18 mois, de juin 2014 à décembre 2015. Selon Vinesh Kumar du Centre du Pacifique pour l'environnement et le développement durable, la sécheresse de 2014-15 a réduit de 80 % les exportations de cultures horticoles fidjiennes.

Kumar a décrit les mesures de réponse prises contre la sécheresse, qui comprenaient la fourniture d'un stockage d'eau transportable, l'approvisionnement en aliments pour animaux et en mélasse, des réservoirs d'eau pour la boisson et l'agriculture, et des pompes portables et des systèmes d'irrigation.

Les Fidji, comme d'autres États insulaires comptant de nombreuses communautés côtières, sont également extrêmement vulnérables aux inondations. Nadi a connu 12 inondations majeures au cours des 20 dernières années, la plus récente s'étant produite à la suite de Cyclone Winston, qui a fait des ravages en février 2016. Le cyclone, la pire catastrophe naturelle enregistrée aux Fidji, a fait 44 morts et causé des dommages estimés à 1.4 milliard de dollars.

Pour s'adapter à la fréquence et à la gravité croissantes des inondations, la ville de Nadi a mis en place le Gestion intégrée des risques d'inondation système pour le bassin de la rivière Nadi. Le projet vise à améliorer la préparation aux inondations et à intégrer la planification de la gestion des terres et de l'eau dans le bassin de Nadi. Il a également créé le Comité de bassin versant de Nadi, qui tient compte des points de vue de la communauté dans la discussion et tient les parties prenantes bien informées.

Basil Forsythe, représentant de la Jamaïque, analyse les lignes d'inondation au pont de la ville de Nadi.

Station de recherche de Legalega

La serre de la station de recherche Legalega près de Nadi, Fidji.

Après avoir visité le pont de la ville de Nadi, le barrage de rétention de Vatutu et le pont routier de Nadi pour examiner l'approche de gestion des bassins versants de la région, le bus de spécialistes de l'adaptation au climat est arrivé à la station de recherche de Legalega.

Située juste à l'extérieur de Nadi, la station de recherche de Legalega a été construite à l'origine en 1970 pour soutenir la culture de la canne à sucre. Aujourd'hui, il abrite des plantes de toutes sortes, des agrumes et des mangues aux champignons.

Les participants de la Jamaïque et de la Grenade ont souligné certaines similitudes entre la flore et la faune des Fidji et de leur pays d'origine.

"Oui, la famille !" répondit Ronnie à l'ensemble du groupe, son visage se fendant d'un sourire, "Vous êtes tous des Fidjiens, sans passeport !"

Dans l'une des serres de la station, un chercheur a montré comment greffer des plants d'agrumes. Selon Kumar, la station abrite plus de 27 variétés d'agrumes, qui peuvent toutes être greffées sur un arbre. Les plants d'agrumes, en particulier, mettent environ 18 jours à fusionner. Cette technique est utilisée comme mesure d'adaptation pour réduire le temps nécessaire aux arbres pour porter des fruits, pour produire des fruits sur des arbres plus petits et pour augmenter la résilience des arbres en empêchant la perte de fruits. Une fois greffés et fusionnés, les chercheurs vendent les plantes aux agriculteurs fidjiens de toute la région.

Le secteur agricole, y compris la production végétale de fruits et légumes, emploie 21 pour cent de la population active fidjienne. Outre les agrumes, comme indiqué ci-dessus, les Fidji produisent également du manioc, du dalo, de la noix de coco, de l'ananas et du riz, entre autres.

L'agriculture est un secteur prioritaire pour mieux se préparer au changement climatique pour de nombreux pays engagés dans le processus de plan national d'adaptation.

La participation et le rôle des Fidji en tant qu'hôte du TTF de cette année ont donc été importants pour démontrer non seulement la vulnérabilité des petits États insulaires, mais aussi leur capacité à agir de manière proactive et innovante dans la planification de l'adaptation pour l'agriculture.

Avoir hâte de

Vinesh Kumar s'entretient avec des représentants de la Grenade, du Malawi, de la Jamaïque, du Togo, du Brésil, de l'Albanie et du Kenya au sujet des inondations au marché de la ville de Nadi.

Lors du voyage de retour, des représentants des Îles Salomon et de l'Albanie, du Bénin et du Togo, du Pérou et de l'Afrique du Sud ont échangé des histoires sur les pratiques d'adaptation de leurs pays d'origine et sur ce qu'ils ont appris aux Fidji ce jour-là.

Bien que les processus de planification de l'adaptation de chaque pays soient uniques, de nombreux enseignements peuvent être partagés entre les pays alors qu'ils s'attaquent au défi mondial que pose le changement climatique.

Dans le cadre de la série TTF et similaire opportunités d'apprentissage et d'échange entre pairs, les visites sur le terrain offrent aux pays des opportunités vitales pour répondre efficacement aux besoins et aux priorités en matière d'adaptation au changement climatique. Les gouvernements, les parties prenantes et les communautés peuvent renforcer la résilience au changement climatique en participant à des échanges entre pairs et en apprenant et en partageant des idées et des meilleures pratiques entre eux.

Et comme le répétait Ronnie à la fin du voyage : « Quelque chose n'est à toi que si tu le partages.

(Photos et entrées pour cet article rédigé par Anika Terton et Patrick Guerdat, IISD).