Adaptation à la COP 27 : des progrès progressifs soulignent la nécessité de plans nationaux d'adaptation

Entretien avec Jeffrey Qi et Emilie Beauchamp, Institut international du développement durable

La 27e Conférence des Parties des Nations Unies sur les changements climatiques (COP 27) qui vient de s'achever a été la la plus grande conférence des Nations Unies sur le changement climatique, dépassant près de 50,000 27 participants. Les gros titres et les analyses tentent de donner un sens à ce qui a été (et n'a pas été) accompli à Charm el-Cheikh, en Égypte. Beaucoup ont célébré les progrès significatifs réalisés par la COP XNUMX avec la création de un fonds spécifique pour les pertes et dommages (L&D). Pourtant, certains ont fait remarquer que le slogan de la COP 27—Ensemble pour la mise en œuvre— sont restés des mots sur le papier, avec peu de résultats pour faciliter l'augmentation des ambitions pour la mise en œuvre de l'Accord de Paris. Pour beaucoup, stagnant l'ambition d'atténuation a gâché cette percée dans l'apprentissage et le développement. Au milieu de la politique, il semblait que de nombreux pays avaient mis l'adaptation en veilleuse. Mais malgré les projecteurs médiatiques braqués principalement sur le L&D et l'atténuation, les pays sont parvenus à des résultats substantiels sur l'adaptation à la COP 27.

Un fil conducteur des négociations sur l'adaptation de la COP 27 concernait le rôle central des Plans nationaux d'adaptation (PAN) dans les efforts des pays en développement pour améliorer la capacité d'adaptation, renforcer la résilience et réduire les vulnérabilités au changement climatique. Nous avons interviewé deux des experts du secrétariat du réseau mondial NAP, Émilie Beauchamp et Jeffrey Qi, sur les enseignements tirés des négociations sur l'adaptation à la COP 27, leurs implications sur les processus PNA des pays et ce qu'ils signifient pour les futures discussions sur l'adaptation au niveau mondial.

Quelle était la signification de cette COP ?

En tant que première COP après l'achèvement de la Règlement de mise en œuvre de l'Accord de Paris, la COP 27 était considérée comme une « COP de mise en œuvre ». Cela signifie que le Processus de l'Accord de Paris a maintenant passé de plus politique négociations sur les lignes directrices et les règles pour faciliter et examiner la mise en œuvre. Ce était aussi être annoncé comme COP de pays en développement, COP africain. Avec ça, là étaient de grands espoirs-et eattentes-cette adaptation serait être l'un des axes de cette COP. 

Les montagnes sablonneuses de Charm el-Cheikh, en Égypte, derrière le site de la COP 27.

Selon vous, quels sont les principaux points à retenir pour l'adaptation à la COP 27 ?

Tout d'abord, nous avons entendu le vif désir des pays en développement d'accélérer la transition de la planification de l'adaptation à la mise en œuvre, mais ils ont besoin d'un soutien soutenu et à long terme pour y parvenir. Ce sentiment était partagé dans tous les points de négociation liés à l'adaptation où les pays en développement ont souligné leurs progrès dans la planification nationale de l'adaptation et les défis persistants, les complexités et les retards qu'ils ont rencontrés pour accéder au financement et au soutien technique. Communiquer et rendre compte des besoins, des priorités et des activités d'adaptation des pays est nécessaire pour garantir que la mise en œuvre de l'adaptation est efficace et adéquate. Avec l'adoption du nouveau orientation volontaire pour l'adaptation Communication et la première présentation du Rapport biennal sur la transparence dans le cadre du cadre de transparence renforcée, les pays peuvent tirer parti de leurs processus PNA pour préparer ces deux rapports.

Deuxièmement, les pays ont réitéré la centralité des PAN à maintenir un fil conducteur dans les discussions sur l'adaptation aux niveaux national et international et à façonner le passage de la planification à la mise en œuvre. Au cours du point de négociation axé sur l'examen des PAN, les pays ont convenu que le processus des PAN demeure une voie principale par laquelle les pays en développement peuvent articuler leurs priorités et leurs besoins en matière d'adaptation.

Cela se voit dans l'élan croissant des PAN. Depuis le 3 décembre, 2022, 40 pays en développement ont soumis des documents PNA à Centre NAP, 25 % d'entre eux étant déposés en 2022. Cela dit, le Texte de décision NAP et le texte de décision sur l'examen du Groupe d'experts des pays les moins avancés (LEG) les deux ont fait écho aux préoccupations concernant le nombre important de pays incapables de soumettre un PAN en raison de la lenteur de l'accès au financement. Alors que plusieurs pays sont actuellement soumis à un processus PNA, nombre d'entre eux ont encore besoin d'une mobilisation importante de ressources pour faire franchir la ligne d'arrivée à leur PNA.

Troisièmement, nous avons constaté des progrès significatifs sur l'élaboration d'un cadre pour la Objectif mondial d'adaptation (GGA) dans le cadre de la Programme de travail Glasgow–Charm el-Cheikhe (Verre). Lors de la COP 27, les pays ont saisi un projet de cadre qui guidera les ateliers restants du GlaSS en 2023. Le projet de cadre est important car il fournit une base pour décider de la manière d'évaluer les progrès collectifs en matière d'adaptation dans le cadre du Bilan mondial (GST). Après deux semaines de discussions difficiles, les pays ont convergé autour de la proposition selon laquelle les dimensions globales pour évaluer l'adaptation devraient refléter l'adaptation et/ou le processus PNA : le cycle itératif d'évaluation de l'impact, de la vulnérabilité et du risque ; Planification; la mise en oeuvre; et le suivi, l'évaluation et l'apprentissage. Les pays doivent maintenant se préparer à discuter de ce projet de proposition dans le but d'adopter un cadre à la COP 28. Plus immédiatement, les pays doivent s'entendre sur les informations sur le GGA qui peuvent éclairer le premier Bilan mondial d'ici les sessions des organes subsidiaires de juin à Bonn.

Le programme de travail Glasgow-Sharm el-Sheikh (GlaSS) a fait l'objet d'un événement COP 27 organisé par le NAP Global Network le 9 novembre. Panélistes de gauche à droite : Sandeep Chamling Rai (WWF), Lereten Lelekoitien (Kenya), Alice Stedman (Royaume-Uni), Christina Rodriguez (Pérou), Arthur RM Becker (Libéria), Emilie Beauchamp (IIDD).

Enfin, on a vu se reproduire tensions sur la finance jouer lors des négociations d'adaptation. Lors de la COP 26 à Glasgow, les pays développés se sont engagés à doubler d'ici 2019 la fourniture de financements pour l'adaptation par rapport aux niveaux de 2025. L'un des principaux objectifs des pays en développement à la COP 27 était de tenir leurs homologues des pays développés responsables de cet engagement.

Cela a inévitablement entraîné une dynamique orageuse dans les salles de négociation de l'adaptation. Alors que les pays en développement ont exigé un libellé plus fort sur le financement de l'adaptation, les pays développés ont soulevé des préoccupations procédurales tout aussi légitimes sur ce que chaque salle de négociation pouvait et ne pouvait pas faire. Par exemple, que les négociations liées au financement devraient avoir lieu dans les négociations sur le financement, et non, par exemple, dans les négociations sur les PAN. Alors que les négociateurs ont pu résoudre la plupart des différends, cette dynamique a démontré le problème de la dispersion des questions d'adaptation dans l'agenda des négociations, cloisonnées les unes des autres et des autres piliers clés de l'Accord de Paris.

Pourtant, les décisions concernant les trois principaux mécanismes de financement de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques - le Fonds mondial pour le climat, le Fonds d'adaptation et le Fonds mondial pour l'environnement - pourront, espérons-le, faciliter l'accès et rationaliser le processus d'accréditation et de demande pour obtenir des financements. Les textes finaux ont rendu compte du besoin urgent de rationaliser l'accessibilité globale des fonds et du processus d'accréditation pour accéder aux fonds. Par exemple, le Fonds vert pour le climat a été enseigné à renforcer son soutien pour aider les pays en développement à développer des réserves de projets et à accéder à des financements pour la mise en œuvre des actions d'adaptation identifiées dans leurs PAN. Avec de nouvelles promesses de plus de 230 millions de dollars au Fonds pour l'adaptation, il y a de l'espoir pour un avenir mieux financé pour l'adaptation.  

Qu'est-ce que tout cela signifie pour les praticiens impliqués dans la planification et la mise en œuvre de l'adaptation ?

Les progrès en matière d'adaptation se produisent sur le terrain, et non dans les négociations. La lenteur des progrès dans les négociations sur l'adaptation ne représente pas les efforts des gouvernements, des praticiens, des communautés et des autres acteurs aux niveaux national et local, qui travaillent chaque jour sur la planification et la mise en œuvre de l'adaptation. Ce sera pour le bilan mondial pour capturer.

Mais les discussions mondiales fournissent néanmoins des mandats et des orientations aux pays, informés par les expériences sur le terrain. Dans l'ensemble, les discussions sur l'adaptation à la COP 27 ont fourni une base pour traduire les résultats des négociations en pratiques qui faciliteront la mise en œuvre des actions d'adaptation par les pays.

Lors de la COP 27, une liste de facteurs clés a émergé du dialogue technique sur le bilan mondial, ainsi que des textes de décision du PAN, du GGA et du LEG, pour que les gouvernements nationaux fournissent une planification et une mise en œuvre adéquates et efficaces de l'adaptation : 

  • Fixer des priorités d'adaptation à long terme 
  • Recherche de financements flexibles auprès des donateurs 
  • Assurer l'inclusivité de tous les groupes sociaux  
  • Inviter la participation multisectorielle 
  • Apprendre en permanence et fonder ses décisions sur la science et les preuves 
  • Mobiliser les ressources 
  • Appliquer les connaissances traditionnelles, autochtones et locales 
  • Aborder les considérations de genre  

Il est crucial de s'assurer que ces facteurs sont intégrés dans les processus PNA. Pourtant, réaliser cette intégration est difficile sans les financements promis par les pays développés. Comme un membre du conseil a déclaré lors de la récente réunion du Conseil du Fonds pour l'environnement mondial, "le financement de l'adaptation pour les nations les plus pauvres et les plus vulnérables n'est pas une dépense, c'est un investissement dans la sécurité et le bien-être de millions de personnes." Alors que les facteurs d'amélioration des actions d'adaptation deviennent plus clairs à l'échelle mondiale, nationale et locale, la route vers une mise en œuvre réussie reste difficile sans un accès continu au financement.

Regardant déjà vers COP 28, des engagements forts en matière d'adaptation doivent émerger sans avoir à compromettre d'autres discussions sur la L&D et l'atténuation - et, bien sûr, la nécessité d'un financement accru à tous les niveaux. Le monde doit se réveiller et reconnaître l'urgence de passer de la planification de l'adaptation à la mise en œuvre avant qu'il ne soit trop tard, avant que nos options d'adaptation ne deviennent limitées et que nous commencions à subir des pertes irréversibles.

Jeffrey Qi et Anne Hammill (directrice principale, Résilience, IIDD) animent un dialogue technique sur l'adaptation à la COP 27.

Rapports graphiques sur les dialogues techniques de la COP 27 pour le bilan mondial.

 

Photos : Catherine Burge, IIDD.

Documentation associée

Hauts