La République dominicaine progresse dans la résolution des liens entre le genre et le climat 

Photo de groupe - Atelier sur le genre en République dominicaine
En février, un atelier s'est tenu à Saint-Domingue, en République dominicaine, sur les intersections entre le genre et les actions d'adaptation.  

Le changement climatique a déjà des effets dévastateurs sur l'environnement et les moyens de subsistance des résidents de la République dominicaine, en particulier pour les femmes, les filles et les personnes non binaires. Comprendre et aborder les intersections du changement climatique et de l'égalité des sexes devient un processus courant pour de nombreux pays. Par exemple, 29 sur 30 Plans nationaux d'adaptation (PAN) soumis à la Convention Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques (CCNUCC) par les pays en développement mentionnent l'égalité entre les hommes et les femmes. 

Pour accroître la résilience climatique et résoudre les problèmes d'inégalité entre les sexes, la République dominicaine travaille sur le Plan d'Action Genre et Changement Climatique de la République Dominicaine (PAGCC-RD) depuis 2018, un plan qui s'aligne sur la mise en œuvre de la stratégie nationale de développement, la contribution déterminée au niveau national et les objectifs de développement durable. 

Le plan d'action identifie la nécessité d'adopter des considérations de genre et de climat dans les institutions étatiques et de renforcer les capacités des acteurs gouvernementaux impliqués dans les domaines du genre ou du changement climatique, en particulier ceux qui travaillent avec la CCNUCC et le ministère de la Femme de la République dominicaine.  

« En tant que point focal genre devant la CCNUCC de ce Ministère, les différentes institutions de l'État dominicain doivent veiller à l'adoption de politiques publiques qui améliorent les droits des femmes et des filles aux ressources naturelles et aux services publics, afin que la société dominicaine dans son ensemble, en particulier les plus vulnérables, peuvent être plus résilients aux effets néfastes du changement climatique et que nous pouvons être une référence pour les autres pays dans nos progrès dans le programme de travail de Lima sur le genre issu des négociations de la Convention.

Mme Giselle Deñó,
Point Focal Genre dans le cadre de la CCNUCC, La République Dominicaine

Pour y parvenir, le programme de développement des capacités a été créé dans le cadre du projet de développement des capacités pour progresser dans le processus du plan national d'adaptation au changement climatique de la République dominicaine, financé par le Fonds vert pour le climat et soutenu par l'Organisation des Nations Unies pour l'environnement. Programme et le ministère de l'Environnement et des Ressources naturelles. Ce programme comprend des ateliers et des activités éducatives, organisés avec l'assistance technique fournie par le Réseau mondial NAP et financé par Affaires mondiales Canada – pour développer les capacités des points focaux sur le genre dans différents ministères dans le domaine de l'équité entre les sexes et ses liens avec l'adaptation au changement climatique.

« Un processus de formation et l'intégration d'une approche genre dans l'adaptation au changement climatique offrent des opportunités inestimables pour renforcer les capacités et les actions qui nous aideront à répondre aux exigences établies d'une part et à évoluer vers une culture de l'égalité sur cette question cruciale d'autre part. .”  

Esmeldy García Martínez, Responsable du Département Vulnérabilité et Adaptation au Changement Climatique, Direction de l'Adaptation et de l'Atténuation du Changement Climatique 

À quoi cela ressemble-t-il en pratique ? 

Un atelier de travail a eu lieu à Saint-Domingue, en République dominicaine, les 3 et 4 février 2022, pour faire progresser l'éducation autour des intersections du genre et des actions d'adaptation. L'événement de 2 jours a réuni près de 30 participants de diverses institutions, dont le ministère des Finances, le ministère de la Femme et l'Institut national d'administration publique, qui ont manifesté leur intérêt pour le changement climatique et ses impacts.  

La première journée a commencé par les fondamentaux : une introduction au système de la théorie du sexe et du genre, à l'approche de genre et au changement climatique avec un accent sur le genre à travers une lentille mondiale, régionale et nationale. Les participants ont été encouragés à participer à des travaux de groupe et à des discussions de remue-méninges sur chaque sujet afin d'approfondir leur compréhension et d'identifier les opportunités où les connaissances pourraient être appliquées dans la pratique à travers leurs axes de travail spécifiques.  

Les participants se sont appuyés sur ces apprentissages au cours de la deuxième journée : ces sessions se sont concentrées sur l'utilisation de l'analyse de genre, l'engagement des acteurs dans les processus sensibles au genre et l'intégration du genre dans les programmes d'adaptation au changement climatique. L'équipe PNA du gouvernement était également présente et a fourni des informations sur le processus PNA : en soulignant la manière dont le PNA intègre actuellement les considérations de genre, mais en réfléchissant également à la manière dont cela pourrait être encore amélioré.

À l'issue de l'atelier, les participants ont exprimé leur volonté de faire progresser une culture de l'égalité ainsi que de soutenir le développement d'outils qui contribuent aux actions d'adaptation axées sur le genre.. Cela s'est concrétisé par la volonté des participants d'établir le lien dans leurs institutions et de soutenir la formation future. Grâce au renforcement des connaissances et des capacités, les participants utiliseront les outils fournis pour intégrer des actions durables et sensibles au genre dans les cadres politiques et favoriser la résilience climatique.